La ville de Churchill, située au nord du Manitoba, au Canada, est une destination unique et captivante. Cette ville côtière se trouve à la confluence de la baie d’Hudson et du fleuve Churchill, offrant un paysage magnifique et des opportunités extraordinaires d’exploration de la nature. Connue comme la capitale des ours polaires, elle est également reconnue pour l’observation des bélugas et des aurores boréales. Cette ville reculée n’est accessible qu’en train ou en avion. Aucune route ne permet de s’y rendre directement. 

 

Nina-Lou, conceptrice voyage, a eu l’occasion de se rendre à Churchill et vous raconte son voyage !

Churchill : une ville pleine de surprises

Une histoire riche

 

Quand on pense à Churchill, on pense directement ours polaires et bélugas, nature et grands espaces. Mais Churchill, ce n’est pas que ça. C’est également une ville riche d’histoire que toutes les personnes que j’ai rencontrées sur place n’ont eue de cesse de me rappeler. C’est pourquoi il me semble intéressant de commencer mon récit par une courte histoire de la ville et de la région. 

 

L’histoire de Churchill remonte à plusieurs siècles, lorsque les peuples autochtones utilisèrent ces terres pour le commerce de la fourrure. Cependant, la véritable transformation de la ville a commencé au XVIIe siècle, lorsque le commerce de la fourrure a attiré les explorateurs et les colons européens dans la région. Au fil des ans, la ville de Churchill est devenue un centre important pour le commerce de la fourrure, attirant des entreprises et des commerçants du monde entier. La ville a servi de point d’échange crucial pour les fourrures provenant de l’intérieur des terres et a connu une période de prospérité économique grâce à cette activité.

 

De nombreux musées dans la ville retracent les différentes étapes historiques qui ont permis à cette ville nordique de se construire et de se développer. Vous pourrez également découvrir une belle collection d’art autochtones, des expositions sur la culture, la vie quotidienne et les traditions des peuples Inuit et Dénés notamment. La plupart des personnes que vous rencontrerez dans la ville ou les guides qui vous accompagneront lors de votre séjour sont issus des Premières Nations et pourront échanger avec vous sur leurs ancêtres. Le lien avec la terre et son histoire est très fort chez les habitants de la région.

Une ville et des habitants qui cohabitent avec les ours polaires

 

Les ours peuvent se cacher partout“. Cette phrase, je l’ai entendue à maintes et maintes reprises. De la part des habitants, de mon guide sur place ou encore sur les nombreux panneaux d’avertissement placés stratégiquement dans la ville et ses alentours. Par mesure de sécurité, on nous recommande de marcher par groupes de 4, de ne pas s’éloigner des rues passantes et d’éviter au maximum les déplacements de nuit. Une alarme sonne d’ailleurs un couvre-feu tous les soirs à 22h. Cette alarme n’est certes que symbolique, mais nous rappelle que les habitants cohabitent toute l’année avec l’un des animaux les plus féroces et robustes de notre planète. 

 

Les habitants de la ville de Churchill, au Canada, ont appris à coexister avec les ours polaires qui fréquentent régulièrement la région et à développer des mesures de sécurité pour minimiser les risques d’interaction avec eux. Par exemple, de nombreux bâtiments de la ville sont surélevés pour empêcher les ours d’entrer. Les décharges publiques sont également clôturées et sécurisées pour éviter d’attirer les ours en recherche de nourriture.

 

La gestion des ours polaires à Churchill est également étroitement surveillée. Il existe une patrouille de protection de la faune qui surveille les déplacements des ours et intervient si nécessaire. Vous aurez peut-être la chance de les rencontrer ! Les ours qui se rapprochent trop de la ville sont en général déplacés vers des zones plus éloignées et s’ils reviennent trop régulièrement sont placés dans une “prison pour ours polaires délinquants”. Cela peut vous paraître barbare à première vue, mais les guides naturalistes sur place et les chercheurs qui étudient les ours polaires vous expliqueront comment cette technique peut fonctionner sans perturber leur rythme de vie.

Que voir à Churchill selon les saisons

Les ours polaires de la Baie d’Hudson en automne

 

Le meilleur moment pour observer les ours polaires à Churchill est pendant l’automne au mois d’octobre et novembre. La baisse des températures en cette saison entraîne la formation de banquises dans la baie d’Hudson, qui attirent les ours polaires en quête de nourriture. Ils se rassemblent alors sur les côtes en attendant patiemment que la glace se forme suffisamment pour leur permettre de partir à la chasse. A cette période, les ours sont en mouvement et s’observent depuis la toundra à plusieurs kilomètres de la ville même. L’observation se fait principalement à partir de véhicules spécialement conçus. Ces “tundra buggies” sont des wagons à plateforme surdimensionnés, équipés de fenêtres panoramiques, permettant de se rapprocher sans danger des ours polaires et de les observer dans leur environnement naturel. Les guides naturalistes à bord, véritables experts de la faune arctique, fournissent des informations sur le comportement des ours et leur adaptation au changement climatique.

 

En plus des ours polaires, la région offre également une occasion unique d’observer d’autres espèces de la faune arctique à l’automne. Des centaines de milliers d’oies blanches migrent chaque année vers cette région, faisant d’elle un paradis pour les amateurs d’ornithologie. On peut également apercevoir des renards arctiques, des caribous

Les bélugas, véritables stars de l’été

 

Chaque été en juillet/août, des centaines de bélugas affluent vers le fleuve Churchill, un évènement unique au monde par le nombre de bélugas présent dans la région. Les bélugas, également connus sous le nom de “canaris de la mer“, sont des cétacés blancs et gracieux. Leur présence dans le fleuve Churchill est un phénomène fascinant. Chaque été, ils quittent l’océan et se dirigent vers les eaux plus chaudes du fleuve pour se reproduire et mettre bas. Les eaux de la baie d’Hudson offrent un refuge sûr pour ces mammifères. L’observation des bélugas se fait principalement en bateau, bien qu’il est également possible de les observer depuis la rive ou même en kayak. Les bélugas sont peu farouches et souvent très curieux. Ce sont d’ailleurs les seuls mammifères marins capables de tourner la tête pour observer ce qui se passent sur les côtés. 

 

L’été est également marqué par une explosion de couleurs qui émergent au milieu de la toundra arctique. Les champs de neige qui ont dominé le paysage pendant des mois laissent place à une myriade de fleurs sauvages vibrantes, offrant un spectacle à couper le souffle. Les prairies verdoyantes se parent de têtes de petites fleurs délicates, qui rivalisent en beauté et en diversité. Les plantes arctiques s’adaptent à des conditions climatiques extrêmes. Elles ne disposent que d’une courte période de temps pour bourgeonner, fleurir et produire des graines avant que l’hiver rigoureux ne revienne. L’observation des fleurs à Churchill offre également une occasion unique d’admirer la faune locale. Les renards arctiques sont très présents ainsi que les lièvres arctiques.

 

Le mois d’août est d’ailleurs le seul mois où vous pouvez apercevoir des bélugas et potentiellement des ours polaires !

Chez Terra Canada & Alaska, nous avons à cœur de faire de vos rêves une réalité. N’hésitez donc pas à contacter l’un de nos conseillers en voyages. Ils sauront vous aiguiller et vous proposer un voyage sur mesure, rien que pour vous. Tout comme moi, partez découvrir les ours polaires ou les bélugas dans la baie d’Hudson. Vous n’oublierez jamais cette expérience inoubliable !